COVID-19 FactPress Logo
Partager:

Apparition d’une maladie inflammatoire potentiellement liée à la COVID-19

par Maxime Dubé - 13 août 2020   907 vues   5 min
Apparition d’une maladie inflammatoire potentiellement liée à la COVID-19

Propos vérifié

Une nouvelle maladie inflammatoire est apparue chez les enfants, qui pourrait être liée à la COVID-19

Verdict

Exact dans son ensemble (avec réserves)

Un article sur le site d’actualité de Yahoo fait état d’un lien potentiel entre une maladie inflammatoire chez les enfants rapportée en Europe et en Amérique du Nord et la COVID-19. Il est en effet exact qu’un lien entre une maladie inflammatoire chez les enfants et la COVID-19 est soupçonnée à l’heure actuelle, mais celui-ci n’a pas encore été formellement prouvé.

Qu’est-ce que le Syndrome inflammatoire pédiatrique multisystémique ?

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) dénote que depuis quelque temps, des unités de soins intensifs en Amérique du Nord et en Europe remarquent l’apparition chez des enfants et des adolescents d’une maladie inflammatoire similaire à la maladie de Kawasaki et du choc toxique. Selon la Mayo Clinic, celle-ci provoque chez les enfants de l’inflammation causant un gonflement, des rougeurs et des douleurs pouvant mener à une défaillance de plusieurs organes tels que le cœur, les vaisseaux sanguins, les reins, le système digestif, le cerveau, la peau ou les yeux.

Un lien avec la COVID-19?

L’apparition soudaine de cette maladie en pleine pandémie de la COVID-19 éveille les soupçons sur la possibilité d’un lien entre les deux maladies. L’OMS rapporte que dans la majorité des cas, les patients atteints par le syndrome inflammatoire pédiatrique multisystémique avaient déjà contracté la COVID-19, selon les anticorps dévoilés par les tests sérologiques. Dans une note de blogue de la Société canadienne de pédiatrie, on avance que cette nouvelle maladie inflammatoire pourrait être une réponse tardive du système immunitaire à la COVID-19. Elle ajoute qu’il ne serait pas surprenant que le nouveau syndrome soit une réponse inhabituelle à ce nouveau virus, tout comme la maladie de Kawasaki qui est une réponse inhabituelle du système immunitaire à certaines maladies.

Cependant, comme l’indique une revue de littérature de l’Institut national d’excellence en santé et en services sociaux du Québec (INESSS), le nombre de cas rapporté de cette maladie demeure faible et plusieurs problèmes méthodologiques rendent difficile l’établissement de lien causal. En effet, les données sur lesquelles se base cette hypothèse sont tirées d’observations cliniques et non d’une recherche contrôlée et révisée par les pairs. Par conséquent, il est difficile de déterminer si d’autres facteurs n’entrent pas en jeu lorsque l’historique et le profil infectieux des patients ne sont pas connus et contrôlés.

Le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC) en arrive au même constat : dans un document d’évaluation rapide des risques une analyse a été effectuée avec les données limitées disponibles à ce jour pour évaluer le potentiel de causalité entre la COVID-19 et le syndrome à l’aide des neuf critères de causalité de Bradford Hill. Seulement cinq des neuf critères de causalité ont été remplis. Par conséquent, l’ECDC indique que d’autres études cliniques sont nécessaires afin d’établir davantage de liens de causalité entre les deux maladies.

Quels sont les signes et les traitements de la maladie?

En règle générale, la Société canadienne de pédiatrie indique que le syndrome débute avec une fièvre de plus de 3 jours et se poursuit avec une baisse significative d’énergie, une conjonctivite, une éruption et une gerçure et enflûre des mains, des pieds ou des lèvres. Dans certains cas, de fortes douleurs au ventre et une diarrhée peuvent apparaître.

Cette manifestation clinique est constatée entre 1 à 6 semaines après l'infection à la COVID-19, et peut aussi se manifester parallèlement à des symptômes respiratoires. Sa présentation est semblable à celle d'une présentation classique de la maladie de Kawasaki. Cela étant, les cas décrits ne correspondent à l’ethnicité typiquement représentée chez les patients atteints de la maladie de Kawasaki (plus de cas caucasiens). À l’heure actuelle, il est donc impossible de conclure que ce syndrome inflammatoire post-infectieux est présent uniquement dans la population pédiatrique.

Si de tels signes sont visibles chez votre enfant, il est fortement recommandé que vous communiquiez avec votre prestataire de soins de santé.

Une fois à l’hôpital, les médecins analysent les symptômes et effectuent, si nécessaire, des prises de sang, un prélèvement nasal et un échocardiogramme pour s’assurer qu’il s’agit bien du syndrome en question.

Les traitements sont similaires à ceux de la maladie de Kawasaki, les médecins donnant des immunoglobulines et de l’aspirine, voire même des stéroïdes jusqu’à ce que les symptômes s’estompent.

Que faire pour protéger les enfants?

Puisque nous ignorons les causes réelles de la maladie et que la seule piste existante est liée à la COVID-19, le Centers for Disease Control and Prevention conseille de suivre les mesures de prévention utilisées pour la COVID-19. Pour ce faire, il faut selon l’OMS se laver fréquemment les mains avec du savon ou du gel hydroalcoolique, maintenir une distance d’au moins un mètre avec les autres personnes, porter un masque lorsque la distanciation physique n’est pas possible (sauf pour les enfants deux ans et moins), éternuer dans son coude et éviter de se toucher les yeux, le nez et la bouche. Il faut se rappeler que les enfants ne sont pas moins susceptibles de contracter la maladie et qu’il faut qu’ils suivent eux aussi les consignes sanitaires, même s’ils ont moins de risque de contracter des formes sévères de la COVID-19 que les personnes âgées et même si le syndrome inflammatoire pédiatrique multisystémique demeure rare. De plus, il ne faut pas oublier que les enfants peuvent également contaminer d’autres personnes, dont les personnes âgées.

Pour en savoir plus sur la transmission du virus par les enfants : https://www.faitscovid19.ca/fr/faits-verifies/il-est-inexact-que-les-enfants-ne-peuvent-attraper-ou-transmettre-le-virus-de-la-covid-19

Il est à noter qu’il est possible que les consignes des autorités sanitaires changent au fur et à mesure que de nouvelles études font le jour sur cette nouvelle maladie.

Notre objectif est de vous fournir des faits vérifiés aussi exacts et à jour possible. Si vous pensez que nous avons fait une erreur ou que nous avons omis des renseignements importants, veuillez nous contacter.

  Propos vérifié

Yahoo!

Organisation
Une nouvelle maladie inflammatoire est apparue chez les enfants, qui pourrait être liée à la COVID-19

Verdict:

Exact dans son ensemble (avec réserves)

 13 août 2020


Partager:

Apprenez-en plus au sujet de notre méthodologie de vérification des faits ICI.

AUTRES VÉRIFICATIONS DE FAITS COVID-19

Les communautés autochtones sont plus susceptibles à la COVID-19

Les communautés autochtones sont plus susceptibles à la COVID-19

Le Canada veut-il vraiment rouvrir sa frontière avec les États-Unis ?

Le Canada veut-il vraiment rouvrir sa frontière avec les États-Unis ?

Afficher plus