COVID-19 FactPress Logo
Partager:

Bill Gates utilise-t-il des implants de micropuces pour combattre le coronavirus?

par Grailing Anthonisen - 27 juillet 2020   2050 vues   6 min
Bill Gates utilise-t-il des implants de micropuces pour combattre le coronavirus?

Propos vérifié

Bill Gates utilisera des implants de micropuces pour combattre le coronavirus

Verdict

Inexact (sans fondement dans les faits; marge d'erreur inacceptable)

En mars 2020, le site Internet Biohackinfo affirmait que Bill Gates utiliserait des implants de micropuces pour lutter contre le coronavirus. L'affirmation de Biohackinfo est inexacte et trompeuse.

Comment ils ont construit un propos trompeur

Biohackinfo a cité un fil de discussion "Ask Me Anything" sur Reddit, sur lequel M. Gates a répondu à une question sur les entreprises opérant avec distanciation physique. Dans la deuxième partie de sa réponse, M. Gates a mentionné la possibilité future d'utiliser "des certificats numériques pour montrer qui a récupéré ou a été testé récemment ou, quand un vaccin est disponible, qui l'a reçu".

La réponse ne mentionne pas les micropuces sous-cutanées. Les micropuces sous-cutanées ne sont pas des certificats numériques, ni des points quantiques. Biohackinfo a assimilé à tort différents éléments que les auteurs relient à une étude scientifique et à une organisation à but non lucratif. Cette affirmation, en recueillant des milliers d'éléments similaires et de partages sur les plateformes de médias sociaux, a donné naissance à des théories du complot selon lesquelles Gates prévoit d'utiliser des vaccins pour suivre les gens et un autre selon lequel Gates est l'Antichrist, pour n'en citer que quelques-unes.

La différence entre micropuces sous-cutanées et certificats numériques

Une micropuce est une unité de circuit que l'on trouve dans tous les appareils électroniques et qui est reliée à d'autres micropuces dans le matériel informatique. Une micropuce sous-cutanée est encapsulée dans du silicone et implantée sous la peau pour suivre ou enregistrer des détails médicaux ou de sécurité. Elle a plus ou moins la taille d'un grain de riz et possède généralement un numéro d'identification qui peut faire référence à des informations conservées dans une base de données externe.

Le commentaire de M. Gates porte sur les certificats numériques qui sont des références électroniques, comme une adresse électronique, un numéro de carte ou un nom d'utilisateur, "qui lient l'identité du propriétaire du certificat à une paire de clés de cryptage électroniques". Leur principal objectif est de garantir l'identité de l'expéditeur et de fournir au destinataire la possibilité de renvoyer une réponse codée. Comme l'explique le secteur de la normalisation des télécommunications, ces clés sont virtuelles et non physiques, ce qui en fait des éléments différents des puces électroniques ou des micropuces sous-cutanées.

La différence entre micropuces sous-cutanées et points quantiques

L'affirmation de Biohackinfo lie faussement le commentaire de M. Gates à une étude produite par le Massachusetts Institute of Technology et la Rice University qui a examiné les solutions possibles pour remédier à la mauvaise tenue des dossiers médicaux dans les pays à faible revenu. Les chercheurs ont développé des micro-aiguilles, injectées avec le vaccin et qui se dissolvent dans la peau. Elles créent alors des motifs de microparticules, émettant de la lumière proche de l’infrarouge, qui peuvent être lues par un professionnel de la santé avec un téléphone intelligent modifié. Le modèle spécifique ainsi créé sur le corps de la personne elle-même indique sa vaccination, ce qui permet de savoir facilement qui a été vacciné ou non. Mais il ne s'agit pas d'un vaccin. Les vaccins sont intramusculaires et, selon leur nature, ils sont injectés là où il faut pour provoquer une réaction immunitaire. L'étude parle de "points quantiques proches de l'infrarouge". Ce n'est pas non plus la même chose que les micropuces sous-cutanées.

De plus, cette étude n'a rien à voir avec le coronavirus. Elle a été soumise pour publication le 20 juillet 2019, quelques mois avant l'apparition du coronavirus. Le propos établit un lien erroné entre ce commentaire de M. Gates et cette étude, en partie parce que le MIT a indiqué que la Fondation Bill et Melinda Gates était l'un des bailleurs de fonds de la recherche, avec la bourse de soutien de l'Institut Koch de l'Institut national du Cancer.

Le site web Biohackinfo a évoqué la possibilité d’un lien entre les tatouages de points quantiques et ID2020, une organisation à but non lucratif sans rapport avec le sujet, en disant que le premier "sera probablement bonifié" par le second. Il n'y a aucun lien entre cette étude et cette organisation. ID2020 ne travaille pas sur les micropuces sous-cutanées. Leur objectif organisationnel est de créer un système où les gens ont un contrôle total sur leurs propres documents d'identification et de santé.

L'infodémie et comment identifier la désinformation

L'affirmation de Biohackinfo est catégoriquement inexacte et construite en parlant faussement et de façon équivoque de différents objets et projets qui n'ont en fait rien à voir les uns avec les autres. Il s'agit d'une des nombreuses affirmations qui apparaissent sur Internet et qui, malgré leur inexactitude flagrante, suscitent beaucoup d'intérêt et de partage sur les réseaux sociaux.

L'Organisation mondiale de la Santé (OMS) appelle infodémie la quantité excessive d'informations récentes, qui peuvent être exactes mais aussi fausses ou non vérifiées et qui rendent difficile la recherche de sources et d'informations fiables. L'OMS a publié une série de faits sous la bannière « pour en finir avec les idées reçues » pour contrer le plus possible la désinformation. L’organisation a aussi lancé une campagne de sensibilisation en partenariat avec le Royaume-Uni pour faire face aux risques de diffusion de fausses informations sur la pandémie.

L'Organisation panaméricaine de la Santé (OPS) a publié une fiche d'information sur la façon de comprendre l'infodémie et la montée de la désinformation pendant la pandémie COVID-19. Elle explique que les gens recherchent des informations sur la pandémie alors qu’ils sont stressés, anxieux, déprimés et/ou dépassés, ce qui affecte leur processus de prise de décision. Ils cherchent souvent des réponses immédiates pour se sentir soulagés, mais n'ont pas assez de temps pour approfondir et analyser les preuves. Dans ce genre de situations, il est plus facile d’être victime de désinformation ou de mésinformation - et de la répandre.

L'OPS recommande d'obtenir les informations d'une source fiable, comme l'Organisation mondiale de la Santé. Si vous ne pouvez pas confirmer la source, l'utilité ou si l'information a déjà été partagée, vous ne devriez pas la partager. Elle recommande également de s'interroger et de confirmer la source de l'information et de déterminer si l'information a vraiment un sens, même si elle a déjà été partagée auparavant. De plus, vous devriez signaler rumeurs et désinformation lorsque vous en trouvez.

Notre objectif est de vous fournir des faits vérifiés aussi exacts et à jour possible. Si vous pensez que nous avons fait une erreur ou que nous avons omis des renseignements importants, veuillez nous contacter.

  Propos vérifié

Biohackinfo

Organisation
Bill Gates utilisera des implants de micropuces pour combattre le coronavirus

Verdict:

Inexact (sans fondement dans les faits; marge d'erreur inacceptable)

 27 juillet 2020


Partager:

Apprenez-en plus au sujet de notre méthodologie de vérification des faits ICI.

AUTRES VÉRIFICATIONS DE FAITS COVID-19

L’arrivée d’un vaccin ne permettra pas un retour immédiat à la vie normale

L’arrivée d’un vaccin ne permettra pas un retour immédiat à la vie normale

Quelles sont les conséquences lorsque les dirigeants politiques enfreignent les mesures sanitaires contre la COVID-19?

Quelles sont les conséquences lorsque les dirigeants politiques enfreignent les mesures sanitaires contre la COVID-19?

Afficher plus