COVID-19 FactPress Logo
Partager:

Ce que dit l'OMS à propos des mesures de confinement

par Cédric Ayisa - 13 novembre 2020   185 vues   6 min
Ce que dit l'OMS à propos des mesures de confinement

Propos vérifié

L'OMS a changé sa position par rapport au confinement

Verdict

Inexact (sans fondement dans les faits; marge d'erreur inacceptable)

Dans un article du 12 octobre 2020, le tabloïd britannique Daily Express rapporte que l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a changé sa position sur les mesures de confinement. Cette déclaration est inexacte.

Lors d'une interview avec le journal The Spectator, l'envoyé spécial de l'Organisation mondiale de la santé pour la COVID-19, le Dr David Nabarro, a appelé les dirigeants mondiaux à "cesser d'utiliser le confinement comme principale méthode de contrôle". Il a poursuivi en disant que "les confinements ont une conséquence qu'il ne faut jamais minimiser, celle d’appauvrir davantage les gens les plus pauvres".

En ligne, de nombreuses personnes, y compris des politiciens et des médias, ont commencé à voir dans les commentaires du Dr Nabarro un changement de position de l'OMS sur les mesures de confinement. Certains y ont même vu un moyen pour l'Organisation de reconnaître que le confinement est une mesure dangereuse. En réalité, ce n'est pas du tout le cas.

Ce que dit l'OMS

L'idée derrière le confinement est de réduire le taux de reproduction (ou R) du virus, c'est-à-dire de réduire le nombre de personnes que chaque cas confirmé va infecter. Il s'agit principalement de maintenir le R en dessous de 1 (R<1) et d'aplatir la courbe. Dès mars 2020, l'OMS a reconnu que les mesures de confinement ne servaient qu’à "gagner du temps et à réduire la pression sur les systèmes de santé... Mais à elles seules, ces mesures ne viendront pas à bout des épidémies", ce qui reflète également les premiers commentaires du Dr Nabarro.

Le directeur de l'OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, a demandé aux pays d'utiliser ce moment pour "permettre de prendre des mesures plus précises et plus ciblées, nécessaires pour arrêter la transmission et sauver des vies". Il a offert six mesures que tout pays peut prendre, quelle que soit sa taille ou sa situation, pour lutter contre le virus :

  • Développer, former et déployer son personnel de santé et de santé publique
  • Mettre en place un système permettant d’identifier chaque cas suspect au niveau communautaire
  • Accroître la production, la capacité et la disponibilité des tests
  • Identifier, adapter et équiper les installations utilisées pour traiter et isoler les patients
  • Élaborer un plan et un processus clairs pour mettre les contacts en quarantaine
  • Recentrer l'ensemble du gouvernement sur les mesures de suppression et de contrôle

Bien que l'OMS reconnaisse l'efficacité des mesures de confinement, elle estime qu'elles peuvent être problématiques si elles sont utilisées à long terme ou comme mesure principale d'un pays : "Les mesures de confinement peuvent ralentir la transmission de la COVID-19 en limitant les contacts entre les personnes... Cependant, ces mesures peuvent avoir un impact négatif profond sur les individus, les communautés et les sociétés en mettant un terme à la vie sociale et économique", a déclaré l'OMS dans un document d'orientation en avril 2020.

L'OMS a maintenu sa position sur ces mesures en mai, lorsqu'elle a défini certains critères à prendre en compte avant de lever un confinement, puis en juin, et dans sa dernière mise à jour en novembre 2020. Cela nous amène à conclure que les remarques du Daily Express sur les recommandations de l'OMS sont inexactes.

Une question de contexte et d'interprétation?

Le confinement reste un sujet controversé depuis le début de la pandémie.

Les autorités de santé publique et les dirigeants prennent des décisions au fur et à mesure que les connaissances sur le virus évoluent et que la situation sur le terrain se développe. Mais lorsque les décisions sont communiquées au public et aux médias, les interprétations peuvent varier d'une personne ou d'un contexte à un autre, principalement en raison du manque de compréhension des questions de santé publique et d’épidémiologie et, dans certains cas, par motivation politique.

C'est ce que l'on a pu constater, une fois de plus, après les commentaires du Dr Nabarro. Le Président américain Donald Trump a déclaré sur Twitter que l'OMS lui avait donné raison: "L'Organisation mondiale de la santé vient d'admettre que j'avais raison. Les confinements tuent des pays partout dans le monde. Le remède ne peut pas être pire que le problème lui-même. Ouvrez vos États, gouverneurs démocrates. Ouvrez New York. Une longue bataille, mais ils ont finalement fait ce qu'il fallait ! "

En réponse, l'OMS a réaffirmé : "Il ne s'agit pas d'une mesure isolée - toutes les mesures existantes doivent être utilisées ensemble. PRENEZ-LES TOUTES ! ...Cela fonctionne". L'organisation a poursuivi: "Si nous continuons à dire que cela fonctionne, c'est parce que ça marche et que nous avons vu certains pays maîtriser les cas de COVID-19 en appliquant ces mesures".

C'est le cas de la Chine, qui a très vite fait des efforts pour mettre en place des systèmes de surveillance et de dépistage. Elle a strictement et largement confiné sa population durant les premiers stades de la pandémie, malgré les critiques sur la violation des droits humains. Sur une population de 1,4 milliard de personnes, au 12 novembre 2020, la Chine n'avait enregistré que 4 634 décès dus à la COVID-19.

Au Canada, c'est l'approche provinciale ou locale qui prévaut. Les autorités locales décident des mesures à prendre en fonction des données disponibles. Elles administrent les tests tout en décidant des mesures à prendre et des façons de vérifier leur efficacité, en ajustant au besoin les restrictions pour limiter la propagation du virus. Le 31 juillet 2020, le gouvernement fédéral a lancé Alerte COVID, une application de suivi permettant de mieux identifier les cas et de contrôler rapidement toute augmentation éventuelle du nombre de cas. L'application a depuis lors été téléchargée plus de 5 millions de fois à la date de publication de cet article.

Le mot "lockdown" (équivalent anglais du mot « confinement ») a été désigné comme mot de l'année 2020 par le dictionnaire Collins, après une forte augmentation de son utilisation pendant la pandémie.

Quelques impacts négatifs du confinement

L'OMS note que bien que les mesures de confinement ne soient pas viables à long terme, elles sont parfois nécessaires pour contrôler efficacement le virus et éviter de submerger les systèmes de santé. Elle souligne également qu'"en raison de leurs graves conséquences économiques, sociales et sanitaires, les mesures de confinement doivent être limitées dans le temps". L'OMS explique également que les confinements "touchent de manière disproportionnée les groupes défavorisés, notamment les personnes vivant dans la pauvreté, les migrants, les personnes déplacées à l'intérieur de leur pays et les réfugiés, qui vivent le plus souvent dans des lieux surpeuplés et dépourvus de ressources, et dépendent d’un travail quotidien pour leur subsistance".

En outre, chez les enfants et les adolescents, des études montrent qu’après un confinement, les enfants sont plus agités, font face à des troubles du sommeil, à des cauchemars, à un manque d'appétit, d’attention en plus de souffrir d'importants problèmes de séparation. La fermeture à long terme des écoles et des centres d'activités crée de la solitude et de l'angoisse chez les enfants et les adolescents et cause un ralentissement de leurs capacités d'apprentissage. Les enfants et les jeunes les plus pauvres sont particulièrement vulnérables à l'exploitation et aux abus.

Précautions COVID-19

  • Distanciation physique
  • Lavage des mains
  • Port du masque lorsque la distanciation physique n'est pas possible
  • Tousser et éternuer en toute sécurité, loin des autres
  • Éviter les foules
  • Garder les portes et fenêtres ouvertes lorsqu’on ne peut pas rencontrer amis et famille à l'extérieur

Notre objectif est de vous fournir des faits vérifiés aussi exacts et à jour possible. Si vous pensez que nous avons fait une erreur ou que nous avons omis des renseignements importants, veuillez nous contacter.

The Spectator

https://www.youtube.com/watch?v=x8oH7cBxgwE&feature=youtu.be&t=915

Twitter – WHO

https://twitter.com/WHO/status/1242870976909459456

https://twitter.com/who/status/1282685408971816961

https://twitter.com/WHO/status/1316020018459541504

Organisation Mondiale de la Santé (OMS)

https://www.who.int/fr/dg/speeches/detail/who-director-general-s-opening-remarks-at-the-media-briefing-on-covid-19---25-march-2020

https://www.who.int/publications/i/item/covid-19-strategy-update---14-april-2020

https://www.who.int/fr/dg/speeches/detail/who-director-general-s-opening-remarks-at-the-media-briefing-on-covid-19---11-may-2020

https://www.who.int/publications/i/item/considerations-in-adjusting-public-health-and-social-measures-in-the-context-of-covid-19-interim-guidance

https://www.who.int/fr/news-room/q-a-detail/herd-immunity-lockdowns-and-covid-19

Collins Dictionary

https://blog.collinsdictionary.com/language-lovers/the-year-of-lockdown/

Twitter – Donald Trump

https://twitter.com/realDonaldTrump/status/1315769883318124544

Johns Hopkins

https://coronavirus.jhu.edu/data/hubei-timeline

Human Rights Watch

https://www.hrw.org/news/2020/03/12/human-toll-chinas-coronavirus-control-efforts

National Center for Biotechnology Information

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC7444649/

Gouvernement du Canada

https://www.canada.ca/fr/sante-publique/services/maladies/maladie-coronavirus-covid-19/alerte-covid.html

Santé Publique Canada

https://www.canada.ca/fr/sante-publique/services/maladies/2019-nouveau-coronavirus/symptomes/ressources-provinces-territoires-covid-19.html

  Propos vérifié

Daily Express

Organisation
L'OMS a changé sa position par rapport au confinement

Verdict:

Inexact (sans fondement dans les faits; marge d'erreur inacceptable)

 13 novembre 2020


Partager:

Apprenez-en plus au sujet de notre méthodologie de vérification des faits ICI.

AUTRES VÉRIFICATIONS DE FAITS COVID-19

Plusieurs communautés de Premières Nations au Canada ont fermé leurs frontières pour éviter la COVID-19

Plusieurs communautés de Premières Nations au Canada ont fermé leurs frontières pour éviter la COVID-19

Ce que dit l'OMS à propos des mesures de confinement

Ce que dit l'OMS à propos des mesures de confinement

Afficher plus