COVID-19 FactPress Logo
Partager:

Confinement du nord du Danemark après la découverte d'une mutation du SRAS-CoV-2 dans des élevages de vison

par Cédric Ayisa - 27 novembre 2020   735 vues   6 min
Confinement du nord du Danemark après la découverte d'une mutation du SRAS-CoV-2 dans des élevages de vison

Propos vérifié

Le nord du Danemark est confiné en raison de la mutation du virus dans les élevages de vison

Verdict

Exact (soutenu par des preuves et des faits; marge d’erreur acceptable)

Le 6 novembre 2020, l'agence Associated Press (AP) a rapporté dans un article que le nord du Danemark était confiné en raison d'une mutation du virus (SARS-Cov-2, Ed.) dans les élevages de vison. Cette affirmation est exacte.

Le gouvernement danois a mis en place de nouvelles restrictions dans le nord du pays après la découverte par les autorités d'une version mutée du coronavirus chez le vison qui a été également trouvée chez des humains. Dans l'article, l’Associated Press explique que sept municipalités du nord du Danemark ont dû fermer leurs frontières et suspendre toutes les activités sportives, culturelles et de transport public. Seules les personnes ayant des "fonctions critiques", comme la police, le personnel de santé et certains dirigeants sont autorisées à franchir les frontières municipales.

Quelle est cette mutation du SRAS-CoV-2 chez le vison? Quels sont les risques pour les humains? Quel impact cette découverte pourrait-elle avoir sur le développement de vaccins?

La mutation du virus : implications pour les humains

Selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), des variantes de la COVID-19 ont été identifiées chez plus de 200 humains depuis juin 2020, dont 12 avec une seule variante, appelée "Cluster 5", signalée le 4 novembre, dans le nord du Jutland (Danemark). Sur ces 12 cas, 8 étaient associés au vison d'élevage et 4 provenaient de la communauté locale. En raison de cette situation, les autorités ont décidé de confiner 280 000 personnes dans cette partie du pays. Par conséquent, la déclaration de l'Associated Press est exacte.

Bien que la gravité et la transmission observées chez les personnes infectées par le "Cluster 5" soient similaires à celles des autres types de SRAS-CoV-2, cette variante n’en est pas moins unique. Les résultats préliminaires obtenus à partir d'un petit nombre de cas indiquent que le "cluster 5" a une sensibilité réduite aux anticorps neutralisants. Toutefois, l'OMS affirme que des études supplémentaires sont nécessaires pour vérifier ces résultats et mieux comprendre les implications pour les vaccins en cours de développement.

Nous avons expliqué comment la COVID-19 se transmet, principalement entre individus par des gouttelettes respiratoires et un contact étroit, mais comme indiqué dans notre mise à jour de l'article, il existe également la possibilité et des cas de transmission entre les humains et les animaux, tels que les chiens, les félins (lion, tigre), les hamsters, les furets, les singes et les visons.

Au Danemark, les autorités ont signalé que des visons avaient été infectés par des humains. La préoccupation des autorités danoises reste la possibilité que les visons transmettent le virus aux humains et qu'il y ait un retour du virus (d'humain à vison). Ce cycle de transmission pourrait conduire à des transformations génétiques, entraînant des modifications de la maladie dans les populations humaines. Selon l'Agence française de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail, les visons sont plus susceptibles de réinfecter les humains car ils sont plus susceptibles d'avoir une charge virale élevée dans leurs cages surpeuplées et donc d'être plus infectieux. Comparés à d'autres animaux de ferme qui peuvent également vivre dans des conditions de surpopulation, les visons possèdent également des récepteurs ACE2 similaires à ceux des humains qui permettent au virus d'infecter les cellules humaines.

Que se passe-t-il exactement au Danemark ?

Selon l'ECDC, au 12 novembre, six pays, dont le Danemark, les Pays-Bas, l'Espagne, la Suède, l'Italie et les États-Unis, avaient signalé la présence du SRAS-CoV-2 dans les visons d'élevage à l'Organisation mondiale de la santé animale (OIE).

La Première ministre danoise, Mette Frederiksen, a déclaré que les mesures de confinement dans le nord du pays étaient destinées à contenir le virus et qu'elles avaient été prises deux jours après la décision du gouvernement d’ordonner l'abattage de tous les visons d'élevage.

"Nous avons une grande responsabilité envers notre propre population, mais avec la mutation qui a été découverte, nous avons également une responsabilité encore plus grande envers le reste du monde" a déclaré Frederiksen lors d'une conférence de presse rapportée par la BBC.

Les visons sont élevés pour leur luxueuse fourrure. Le Danemark est le premier producteur de vison, avec 28% de la production mondiale. À la suite de la découverte de cas de contamination avec le "Cluster 5" le 4 novembre, le gouvernement a ordonné l'abattage de 15 à 17 millions de visons dans 1139 exploitations danoises.

Des milliers de visons, même ceux qui n'étaient pas contaminés, ont ainsi été abattus. Cependant, certains agriculteurs et citoyens ont considéré que les mesures prises par le gouvernement étaient excessives. Les journaux ont même remis en cause l'aspect juridique de cette décision. Le scandale, désormais connu sous le nom de "Minkgate", a eu des conséquences dans les rangs politiques. Mette Frederiksen s'est excusée publiquement et a blâmé le Ministre de l’agriculture qui, par la suite, a démissionné.

Cependant, une enquête gouvernementale a révélé que la décision d'abattre les visons dans tout le pays avait été prise collectivement par le gouvernement et que la Première ministre avait été avertie des aspects légaux de cette décision.

Les vaccins: à quoi s’attendre?

L'ECDC a expliqué dans son rapport que "de toutes les variantes liées aux visons analysées jusqu'à présent, seule la variante "cluster 5" a soulevé des inquiétudes spécifiques en raison de son effet sur l'antigénicité. Des recherches supplémentaires sont nécessaires pour évaluer si cela peut avoir un impact sur i) le risque de réinfection, ii) la réduction de l'efficacité du vaccin ou iii) une diminution de l’efficacité du traitement au plasma de patients convalescents ou avec des anticorps monoclonaux. Il convient de noter que la transmission continue du SRAS-CoV-2 dans les élevages de vison pourrait éventuellement donner lieu à d'autres variantes préoccupantes".

En outre, l'Organisation mondiale de la santé animale (OIE) a déclaré dans un communiqué que "si la pandémie de COVID-19 se poursuit actuellement par transmission interhumaine, on craint que l'introduction et la circulation de nouvelles souches de virus chez l'humain n'entraînent des modifications de sa transmissibilité ou de sa virulence et une diminution de l'efficacité des traitements et des vaccins. Pourtant, toutes les conséquences possibles ne sont pas encore connues et des recherches supplémentaires sont nécessaires pour comprendre pleinement l'impact de ces mutations".

Le confinement suffit-il ?

Comme expliqué dans un article précédent, le confinement n’est qu'un élément des mesures que les pays peuvent mettre en œuvre pour limiter la propagation de la COVID-19, selon l'OMS. Les lignes directrices pour les individus sont les suivantes :

  • Éviter tout contact étroit avec les personnes souffrant d'infections respiratoires aiguës ;
  • Veiller à se laver fréquemment les mains, en particulier après un contact direct avec des personnes malades ou leur environnement ;
  • Pour les personnes présentant des symptômes d'infection respiratoire aiguë, pratiquer l'étiquette de la toux, comme se tenir à distance, couvrir la toux et les éternuements avec des mouchoirs ou des vêtements jetables, et se laver les mains ; utiliser des masques le cas échéant;
  • Améliorer les pratiques standard de prévention et de contrôle des infections dans les hôpitaux et les établissements de soins de santé, en particulier dans les services d'urgence.

Notre objectif est de vous fournir des faits vérifiés aussi exacts et à jour possible. Si vous pensez que nous avons fait une erreur ou que nous avons omis des renseignements importants, veuillez nous contacter.

Organisation mondiale de la santé (OMS)

https://www.who.int/csr/don/06-november-2020-mink-associated-sars-cov2-denmark/en/

Ministère de l’Agriculture du Danemark

https://mfvm.dk/nyheder/nyhed/nyhed/corona-virus-alle-mink-i-danmark-skal-aflives-1/

https://mfvm.dk/nyheder/nyhed/nyhed/foedevareminister-mogens-jensen-traeder-tilbage/

Science Mag

https://www.sciencemag.org/news/2020/11/mutant-coronaviruses-found-mink-spark-massive-culls-and-doom-danish-group-s-research

Agence nationale de sécurité sanitaire (France)

https://www.anses.fr/fr/content/covid-19-pas-de-r%C3%B4le-%C3%A9pid%C3%A9miologique-des-animaux-sauvages-et-domestiques-dans-le-maintien--0

BBC

https://www.bbc.com/news/world-europe-54818615

Medical Xpress

https://medicalxpress.com/news/2020-11-north-denmark-lockdown-mutated-mink.html

Twitter - Minkgate

https://twitter.com/search?q=%23minkgate&src=typeahead_click

ECDC

https://www.ecdc.europa.eu/sites/default/files/documents/RRA-SARS-CoV-2-in-mink-12-nov-2020.pdf

Organisation mondiale de la santé animale

https://www.oie.int/fr/pour-les-medias/communiques-de-presse/detail/article/oie-statement-on-covid-19-and-mink/

Veterinary Quarterly

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC7580767/#:~:text=(C)%20The%20evolutionary%20phylogenetic%20tree,transmitted%20between%20humans%20and%20minks.

FaitsCOVID-19.ca

https://www.covid19facts.ca/fr/faits-verifies/les-chats-peuvent-contracter-la-covid-19-et-etre-malades

https://www.covid19facts.ca/fr/etiquettes/transmission

https://www.covid19facts.ca/en/fact-checked/what-who-says-about-lockdown-measures

https://www.covid19facts.ca/fr/faits-verifies/ce-que-dit-l-oms-a-propos-des-mesures-de-confinement

  Propos vérifié

Associated Press

Organisation
Le nord du Danemark est confiné en raison de la mutation du virus dans les élevages de vison

Verdict:

Exact (soutenu par des preuves et des faits; marge d’erreur acceptable)

 27 novembre 2020


Partager:

Apprenez-en plus au sujet de notre méthodologie de vérification des faits ICI.

Avez-vous des informations pour appuyer ou contrecarrer cette vérification des faits ?

AUTRES VÉRIFICATIONS DE FAITS COVID-19

Il n’y a pas assez de données pour affirmer que la vitamine D peut traiter ou prévenir la COVID-19

Il n’y a pas assez de données pour affirmer que la vitamine D peut traiter ou prévenir la COVID-19

Nous vérifions si les athlètes professionnels recevront le vaccin contre la COVID-19 avant les autres

Nous vérifions si les athlètes professionnels recevront le vaccin contre la COVID-19 avant les autres

Afficher plus