COVID-19 FactPress Logo
Partager:

Il est inexact d’affirmer que le port d'un masque facial entraîne des risques pour la santé

par Grailing Anthonisen - 22 juillet 2020   2297 vues   9 min
Il est inexact d’affirmer que le port d'un masque facial entraîne des risques pour la santé

Propos vérifié

Le port d'un masque facial présente de graves risques pour la santé

Verdict

Inexact (sans fondement dans les faits; marge d'erreur inacceptable)

Sur le site internet "Technocracy", Russell Blaylock, un médecin à la retraite, a affirmé que le port de masques faciaux crée de sérieux risques pour la santé des personnes saines. Cette affirmation n'a aucun fondement factuel et est inexacte. De plus, elle est trompeuse.

NDLR : Veuillez noter que nous avons vérifié le propos de ce médecin dans la version originale anglaise de son article. Cet article a depuis été reproduit en partie ailleurs et traduit en français dans un blog. En étant reproduit de cette façon, les sources originales de l’auteur, déjà problématiques, sont encore plus dégradées ou disparaissent. Vous pouvez consulter le dernier paragraphe de notre vérification pour plus de détails.

Un titre trompeur

Outre le fait que le contenu de l'article et son affirmation sont inexacts, son titre est trompeur car il ne précise pas de quel type de masque il s’agit ou quel en est l’utilisateur. Les lecteurs qui ne font que survoler les titres et ne lisent pas l’intégralité du texte pourraient en déduire que les masques sont dangereux pour les personnes en bonne santé. En fait, dans l'article, Blaylock se concentre sur les masques N95, affirmant qu'ils provoquent toute une série de problèmes de santé, notamment des maux de tête, l'hypoxie et l'hypercapnie, qui peuvent ensuite entraîner d'autres maladies comme le cancer.

Bien qu'il existe des preuves de maux de tête causés par l'utilisation prolongée des respirateurs N95, qui sont censés être réservés aux professionnels de la santé et non à la population en général, il n'existe aucune preuve ou base scientifique permettant de dire qu'ils présentent des risques sérieux pour la santé.

Quel type de masque ?

Les affirmations de Blaylock portent principalement sur les masques respiratoires N95, qui sont adaptés au visage et filtrent au moins 95% des particules. La population en général ne devrait pas les porter, car ils devraient être réservés aux travailleurs de la santé de première ligne.

Le propos ne concerne pas directement les masques en tissu, que l'Organisation mondiale de la santé (OMS) recommande à la population générale de porter. Les masques chirurgicaux sont amples et tout comme les masques en tissu ils sont poreux, ce qui permet d’inspirer et d'expirer.

Les preuves citées sont soit incorrectes, soit mal citées, soit inexistantes

L'une des affirmations de Blaylock est que les masques peuvent provoquer l'hypoxie, un manque d'oxygène dans le sang. L'étude que Blaylock cite à l’appui cette affirmation ne mentionne aucunement l'hypoxie. Blaylock poursuit avec des déclarations telles que "il est connu que le masque N95, s'il est porté pendant des heures, peut réduire l'oxygénation du sang", sans aucune citation ou source pour expliquer comment cela est connu ou prouvé et par qui.

L'American Lung Association rejette l'affirmation selon laquelle les masques provoquent de faibles niveaux d'oxygène, car les masques sont conçus pour permettre la respiration. L’association note que si vous avez des problèmes respiratoires préexistants, vous devriez discuter du port d'un masque avec votre médecin. Les centres américains de contrôle et de prévention des maladies (CDC) recommandent également que toute personne qui a des difficultés à respirer, les enfants de deux ans et moins, et toute personne inconsciente, invalide ou incapable d'enlever le masque en tissu par elle-même ne devrait pas porter de masque.

L'étude citée par Blaylock pour affirmer que le port d'un masque piège le virus près du visage, ce qui pousse les gens à le ré-aspirer et à infecter le cerveau par le biais du système nerveux, n’appuie pas ses affirmations. L'étude en question ne porte pas sur les masques, mais examine plutôt des souris et une souche virale d'hépatite de souris. En outre, l'affirmation elle-même est illogique car, si une personne expire le virus, c’est qu’elle est déjà infectée et elle ne peut donc pas ainsi aggraver sa propre infection.

Si vous êtes malade ou pensez l'être, le CDC américain vous conseille vivement de rester chez vous, à moins que ce ne soit pour obtenir des soins médicaux. À la maison, l’idéal est que restiez dans une pièce séparée et éloigné des autres personnes du domicile autant que possible. Si vous devez être en présence de personnes ou d'animaux, vous devez porter un masque en tissu.

Les appareils respiratoires N95 peuvent provoquer des maux de tête, mais pas l'hypercapnie

Blaylock affirme que les respirateurs N95 provoquent une hypercapnie, c'est-à-dire une augmentation du CO2 dans le sang, causée par la ré-inspiration du CO2 emprisonné dans le masque. L'Organisation mondiale de la santé est claire : "L'utilisation prolongée de masques médicaux peut être inconfortable, mais elle n'entraîne ni intoxication au CO2 ni manque d'oxygène". Un représentant du CDC américain a déclaré à Reuters que "le CO2 s'accumulera lentement dans le masque au fil du temps, mais le niveau de CO2 susceptible de s'accumuler dans le masque est en général tolérable pour les personnes qui y sont exposées. Vous pourriez avoir mal à la tête mais vous ne souffrirez probablement pas des symptômes observés à des niveaux de CO2 beaucoup plus élevés. Le masque peut devenir inconfortable pour diverses raisons, notamment une sensibilité au CO2, et la personne aura envie de retirer son masque. Il est peu probable que le port d'un masque provoque une hypercapnie".

Blaylock affirme de plus que les respirateurs N95 provoquent des maux de tête chez ceux qui les portent. Le CDC américain note qu'une légère accumulation de CO2 et des maux de tête peuvent se produire avec une éventuelle utilisation à long terme de respirateurs N95. Ils ne considèrent pas qu'il s'agit de risques sérieux pour la santé. Pour y remédier, ils recommandent simplement de retirer le respirateur dans un endroit sûr avant de le remettre. Les avantages du port d'un appareil respiratoire N95 pour les travailleurs de première ligne l'emportent de loin sur les risques.

Les masques sont-ils efficaces ?

Le CDC américain cite des preuves de plus en plus nombreuses de l'efficacité des masques pour réduire la vaporisation de gouttelettes infectées lorsqu'ils sont portés sur le nez et la bouche. Étant donné que la COVID-19 se propage principalement par contact étroit, le port d'un masque est une mesure préventive importante, en particulier lorsque la distanciation physique n'est pas possible. Les CDC américains ont signalé que les personnes asymptomatiques et pré-symptomatiques peuvent propager la COVID-19, ce qui fait du port d'un masque une mesure préventive pour réduire les risques de transmission.

L'OMS recommande que toute personne se trouvant en public et ne pouvant pas s'éloigner physiquement porte un masque en tissu. Ces situations incluent les transports publics et les magasins, ainsi que les zones où une transmission généralisée est connue ou suspectée. L'OMS recommande le port d'un masque de qualité médicale si vous avez 60 ans ou plus ou si vous souffrez d'une maladie sous-jacente lorsque vous êtes en public et qu'il n'est pas possible de vous éloigner physiquement.

Allégation et contenu inexacts et trompeurs

Le propos que nous avons vérifié, selon lequel les masques faciaux présentent de graves risques pour la santé des personnes en bonne santé, est inexact. En outre, Blaylock fait plusieurs fausses déclarations concernant les respirateurs N95 destinés au personnel médical et non au grand public. L'OMS recommande des masques en tissu pour le grand public et des masques chirurgicaux pour les personnes de plus de 60 ans. Ces masques ne provoquent ni hypoxie ni hypercapnie. Les affirmations de Blaylock concernant la ré-inspiration du CO2 et les maux de tête sont exagérées et peuvent être facilement contrées en retirant brièvement son masque quand on se trouve dans un lieu sûr. En outre, le titre de l'article est trompeur dans la mesure où il ne précise ni le type de masques étudiés ni à quels porteurs ils sont destinés.

L'auteur a l'habitude de faire des affirmations fausses et pseudo-scientifiques

Lorsque l'on examine de telles allégations, il est important de consulter des sources fiables, comme l'OMS ou le CDC américain, pour connaître leurs recommandations. Si quelqu'un fait des recommandations qui contredisent d'autres conseils de sources fiables, vous pouvez vérifier les antécédents de cette personne, comme dans le cas de Blaylock, et voir si elle a l'habitude de faire des allégations et des recommandations qui vont à l'encontre du consensus scientifique. Même un médecin peut être un acteur de mauvaise foi ou ne pas être un spécialiste dans le domaine dont il/elle parle, il est donc important d'être minutieux dans vos recherches. Vous pouvez également consulter les sources citées vous-même. Dans le cas présent, les sources n'appuient pas ce que l'auteur affirme.

Sources perdues lors de la traduction

Cet article a depuis été reproduit en partie dans un article du Science Times et traduit en français dans un blog. En étant reproduit de cette façon, les sources, déjà problématiques, sont encore plus dégradées ou disparaissent. L'article de blog en français est une traduction des affirmations originales, mais les sources censées les soutenir sont entièrement différentes. Certaines mènent à des tweets aléatoires et beaucoup d'entre elles n'ont aucun rapport avec le texte. Le Science Times, à une occasion, prétend citer une étude scientifique pour appuyer l'allégation selon laquelle les masques créent de sérieux risques pour la santé de ceux qui les portent. Il renvoie en fait aux détails de l'enregistrement d'un essai clinique qui s'est terminé en 2005. Les résultats de cette étude ne semblent pas avoir été publiés.

Les pièces inexactes peuvent attirer davantage l'attention lorsqu'elles sont reprises ou partagées lorsque leurs sources ne sont pas remises en question ou évaluées, même si elles sont moins logiques.

Notre objectif est de vous fournir des faits vérifiés aussi exacts et à jour possible. Si vous pensez que nous avons fait une erreur ou que nous avons omis des renseignements importants, veuillez nous contacter.

The American Lung Association

https://www.lung.org/blog/covid-masks

The US CDC

https://blogs.cdc.gov/niosh-science-blog/2020/06/10/ppe-burden/

https://www.cdc.gov/coronavirus/2019-ncov/prevent-getting-sick/cloth-face-cover-guidance.html#evidence-effectiveness

https://www.cdc.gov/coronavirus/2019-ncov/prevent-getting-sick/cloth-face-cover-guidance.html?CDC_AA_refVal=https%3A%2F%2Fwww.cdc.gov%2Fcoronavirus%2F2019-ncov%2Fprevent-getting-sick%2Fcloth-face-cover.html

The FDA

https://www.fda.gov/medical-devices/personal-protective-equipment-infection-control/n95-respirators-surgical-masks-and-face-masks

Reuters

https://www.reuters.com/article/uk-factcheck-coronavirus-mask-hypercapni/partly-false-claim-continually-wearing-a-mask-causes-hypercapnia-idUSKBN22H2H1

OMS

https://www.who.int/fr/emergencies/diseases/novel-coronavirus-2019/advice-for-public/myth-bustershttps://www.who.int/fr/emergencies/diseases/novel-coronavirus-2019/advice-for-public/when-and-how-to-use-masks

Études

Journal of Lung, Pulmonary & Respiratory Research

https://medcraveonline.com/JLPRR/effects-of-long-duration-wearing-of-n95-respirator-and-surgical-facemask-a-pilot-study.html

Journal of Virology

https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/2543129/

Articles sur R. Blaylock et la mésinformation:

https://geneticliteracyproject.org/glp-facts/russell-blaylock/

https://www.mcgill.ca/oss/article/controversial-science-health-news-supplements/seems-neurosurgeons-are-not-immune-neuroses

https://www.sceptiques.qc.ca/dictionnaire/blaylock.html

  Propos vérifié

Russell Blaylock

Personne
Le port d'un masque facial présente de graves risques pour la santé

Verdict:

Inexact (sans fondement dans les faits; marge d'erreur inacceptable)

 22 juillet 2020


Partager:

Apprenez-en plus au sujet de notre méthodologie de vérification des faits ICI.

AUTRES VÉRIFICATIONS DE FAITS COVID-19

L’arrivée d’un vaccin ne permettra pas un retour immédiat à la vie normale

L’arrivée d’un vaccin ne permettra pas un retour immédiat à la vie normale

Quelles sont les conséquences lorsque les dirigeants politiques enfreignent les mesures sanitaires contre la COVID-19?

Quelles sont les conséquences lorsque les dirigeants politiques enfreignent les mesures sanitaires contre la COVID-19?

Afficher plus