COVID-19 FactPress Logo
Partager:

La COVID-19 est une maladie respiratoire dont les complications peuvent affecter l'ensemble de l'organisme

par Grailing Anthonisen - 12 août 2020   1261 vues   8 min
La COVID-19 est une maladie respiratoire dont les complications peuvent affecter l'ensemble de l'organisme

Propos vérifié

La COVID-19 n'est pas seulement une maladie respiratoire, elle touche le corps entier

Verdict

Exact dans son ensemble (avec réserves)

Le réseau canadien CTV News a rapporté en mai 2020 que la COVID-19 n'est pas uniquement une maladie respiratoire puisqu’elle peut affecter le corps entier. Cette affirmation a également été faite par plusieurs autres médias. Il est avéré que la COVID-19 peut entraîner un large éventail de complications potentielles dans tout le corps. Cependant, la COVID-19 est causée par un virus respiratoire, le coronavirus, et est ensuite officiellement classée comme une maladie respiratoire. Notre verdict est donc que l'affirmation ci-dessus est exacte, avec des réserves.

Pourquoi la COVID-19 est-elle classée comme une maladie respiratoire ?

Comme l'explique l'Organisation mondiale de la santé (OMS), la COVID-19 est une maladie qui est causée par le virus du SRAS-CoV-2; génétiquement, le virus du SRAS-CoV-2 fait partie de la famille coronavirus des virus respiratoires et il est lié au syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS) et au syndrome respiratoire du Moyen-Orient (MERS), autres maladies respiratoires. Il s'agit principalement d'un virus respiratoire car il est contracté par les voies respiratoires et, selon l'Association pulmonaire canadienne, il atteint principalement les poumons.

Si une maladie est classée d'une manière particulière, cela signifie-t-il qu'elle n'affecte pas d'autres parties du corps ?

Le corps humain est constitué de multiples systèmes. Parfois lorsqu’un système est touché, une autre partie du corps peut aussi être affectée. À titre d’exemple: le sang circule dans le corps par le système circulatoire et il absorbe les nutriments dans le système digestif et l'oxygène dans les poumons par le système respiratoire. Le sang fournit l’oxygène et les nutriments aux autres cellules du corps.

Les maladies peuvent être contractées et se propager d'une partie du corps à une autre. Par exemple, les grippes sont des infections virales qui affectent principalement les voies respiratoires inférieures ou supérieures. Cependant, elles se propagent parfois et entraînent des complications dans d'autres parties du corps. Dans certains cas, la grippe peut provoquer une inflammation du cœur ou du cerveau.

Dans le cas de la COVID-19, le virus pénètre dans les cellules par l'intermédiaire de récepteurs spécifiques. Il a été démontré que le coronavirus a une affinité avec le récepteur ACE2, qui se trouve le plus souvent sur la paroi des voies respiratoires. L'expression de l'ACE2 est également, dans une moindre mesure, observée à la surface des cellules du cœur, de l'iléon, des reins et de la vessie.

Quels sont les symptômes et les effets de la COVID-19 sur l'organisme ?

L’organisme média canadien a rapporté dans son article que, dans certains cas, la COVID-19 peut provoquer des caillots sanguins, une défaillance multi-systèmes des organes, un gonflement des orteils et peut entraîner une réaction excessive du système immunitaire. La réaction excessive du système immunitaire est considérée comme le signe de graves complications respiratoires chez les patients, nécessitant une assistance respiratoire. C'est ce qu'on appelle une "tempête de cytokines". Une partie de la recherche et des efforts thérapeutiques actuels portent sur les moyens de réduire ce phénomène.

Selon l'OMS, la majorité des gens - environ 80 % - se remettent de la COVID-19 sans avoir besoin d'un traitement hospitalier, tandis qu'environ 1 personne sur 5 tombe gravement malade. Selon les centres américains de contrôle et de prévention des maladies (CDC), les personnes âgées de 60 ans ou plus ou souffrant de problèmes de santé sous-jacents, tels que l'obésité, le diabète, l'hypertension, les maladies pulmonaires ou rénales, ainsi que les maladies immunitaires, risquent des complications plus graves.

Selon le ministère britannique de l'innovation et de la recherche, à l'instar de l’article de CTV, les risques sanitaires graves de la COVID-19 comprennent la pneumonie et les caillots sanguins dans les poumons. Le virus peut également déclencher une réaction inflammatoire excessive, c'est-à-dire une réaction du système immunitaire si extrême que celui-ci finit par s’attaquer également aux cellules non infectées. Le virus peut provoquer des caillots et ce type de réaction inflammatoire qui peut affecter d'autres organes, comme les reins, le foie et le cœur.

S'agit-il de symptômes ou de complications ?

Les CDC américains et l'OMS continuent de classer la COVID-19 dans la catégorie des maladies respiratoires. L'OMS et le CDC américain rajoutent parfois des symptômes à leur liste. Aux "symptômes" respiratoires comme la toux, le mal de gorge et l'essoufflement, s’ajoutent maintenant la nausée ou les vomissements, la diarrhée et la perte de l'odorat ou du goût, en plus des affections respiratoires comme la toux, le mal de gorge et l'essoufflement. Ces listes n'incluent pas les caillots sanguins, les défaillances d'organes ou les réactions du système immunitaire.

La Mayo Clinic, cependant, inclut comme "complications" de la COVID-19 les défaillances de plusieurs organes, les problèmes cardiaques, le syndrome de détresse respiratoire aiguë, les caillots sanguins et les lésions rénales aiguës. En médecine, les complications sont les effets négatifs ou indésirables qu'une maladie, un état ou un traitement peuvent avoir sur la santé d'une personne. Un symptôme est un effet primaire d'une maladie ou d'un état de santé, tandis que les affections sont des effets secondaires.

Quelle est la fréquence de ces complications ?

Comme la COVID-19 est une nouvelle maladie, de nombreuses recherches sont encore en cours et d'autres études doivent être menées pour établir la fréquence et la prévalence des complications systémiques. Les premiers rapports de certains hôpitaux suggèrent qu'elles se produisent en petit nombre dans les cas graves. Selon le Weill Cornell Medicine News, la prévalence des caillots sanguins dépend de la gravité du cas. Ils mentionnent une étude portant sur 400 patients hospitalisés avec la COVID-19, qui a révélé que la coagulation se produisait chez 10% de ces patients. Environ 5 % présentaient une forme grave de coagulation, causant la formation de caillots profonds dans les jambes ou les bras et pouvant se déplacer vers les poumons ou le cœur, entraînant ainsi de graves complications.

Selon Johns Hopkins Medicine, des lésions rénales peuvent se produire dans les cas graves et les premiers rapports suggèrent que jusqu'à 30 % des patients hospitalisés pour la COVID-19 en Chine et à New York ont développé des lésions rénales modérées ou graves. Ils notent cependant que malgré les nouvelles découvertes de la recherche, on ne comprend toujours pas avec exactitude comment la COVID-19 affecte les reins. Il se pourrait que le coronavirus cible les reins, que la situation résulte du faible niveau d'oxygène dans le sang dû à la pneumonie et à l'effet du virus sur les poumons, ou qu'elle soit causée par des caillots sanguins. Selon Johns Hopkins Medicine, la pneumonie est la complication la plus courante de la COVID-19.

En outre, de plus en plus de rapports d'actualité sont apparus aux États-Unis et ailleurs en juillet 2020, partageant des preuves anecdotiques des effets neurologiques et autres à long terme chez les jeunes ayant contracté la COVID-19. Selon une étude récente, cela pourrait être le résultat de caillots sanguins au cerveau provoqués par l'infection, de saignements dans le cerveau ainsi que d'une infection directe via le récepteur ACE2 trouvé sur le tissu cérébral.

La COVID-19 est causée par le virus respiratoire SARS-CoV-2. L'affirmation de CTV selon laquelle il s'agit d'une maladie respiratoire pouvant affecter l'ensemble de l'organisme est exacte, avec des réserves. Le corps humain est tellement interconnecté que les maladies d'une partie du corps peuvent affecter d'autres parties et systèmes du corps.

D’où vient le nom SARS-CoV-2?

SARS-Cov-2 est le nom officiel du virus qui cause la maladie COVID-19. Le nom SARS-CoV-2 a été choisi parce que le virus est génétiquement associé au virus respiratoire qui a causé l'épidémie de SARS en 2003. Bien qu'ils fassent partie de la même famille, les deux virus sont différents. C'est au Comité international de taxonomie des virus (CITV) qu’il convient de décider du nom d'un virus, généralement selon sa structure génétique, pour faciliter le développement de tests de diagnostic, de vaccins et de médicaments. 

Souvent, les virus et les maladies qui en résultent portent des noms différents. La maladie causée par le virus du SARS-CoV-2 a été nommée COVID-19 par la classification internationale des maladies de l'OMS, dont le rôle est de donner des noms aux maladies. Le nom de la maladie est une combinaison de la contraction des mots "coronavirus" et "maladie" et du chiffre 19, pour l'année 2019, année où le virus a été observé pour la première fois.

Comment les maladies sont-elles classées ?

Les maladies sont classées selon la classification internationale des maladies. Il s'agit d'un outil de diagnostic mis à jour par l'OMS qui fournit une norme internationale pour faciliter la comparabilité des diagnostics et à des fins statistiques. Elle crée un vocabulaire commun pour enregistrer, signaler et surveiller les problèmes de santé dans toutes les langues et dans le monde entier. Vous pouvez en savoir plus à ce sujet en cliquant ici.

Notre objectif est de vous fournir des faits vérifiés aussi exacts et à jour possible. Si vous pensez que nous avons fait une erreur ou que nous avons omis des renseignements importants, veuillez nous contacter.

L’Association pulmonaire canadienne

https://www.poumon.ca/sant%C3%A9-pulmonaire/maladies-pulmonaires/covid-19-coronavirus-fr/faqs

Les CDC américains

https://www.cdc.gov/flu/symptoms/symptoms.htm

https://www.cdc.gov/coronavirus/2019-ncov/faq.html

https://www.cdc.gov/coronavirus/2019-ncov/need-extra-precautions/people-at-increased-risk.html

Johns Hopkins Medicine

https://www.hopkinsmedicine.org/health/conditions-and-diseases/coronavirus/coronavirus-kidney-damage-caused-by-covid19

https://www.hopkinsmedicine.org/health/conditions-and-diseases/coronavirus/what-coronavirus-does-to-the-lungs

Journal of Blood

https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/32492712/

The Mayo Clinic

https://www.mayoclinic.org/diseases-conditions/coronavirus/symptoms-causes/syc-20479963

OMS:

https://www.who.int/news-room/spotlight/international-classification-of-diseases

https://www.who.int/classifications/icd/en/

https://www.who.int/fr/emergencies/diseases/novel-coronavirus-2019/question-and-answers-hub/q-a-detail/q-a-coronaviruses

https://www.who.int/fr

https://www.who.int/fr/emergencies/diseases/novel-coronavirus-2019/question-and-answers-hub/q-a-detail/q-a-coronaviruses

https://www.who.int/fr/emergencies/diseases/novel-coronavirus-2019/technical-guidance/naming-the-coronavirus-disease-(covid-2019)-and-the-virus-that-causes-it

Weill Cornell Medicine

https://news.weill.cornell.edu/news/2020/07/what-is-known-about-covid-19-and-abnormal-blood-clotting

UK Research and Innovation

https://coronavirusexplained.ukri.org/en/article/cad0012/

Elsevier Public Health Emergency Collection

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC7169933

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC7204669/

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC7286828/

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC7214348/

Journal of the American Society of Nephrology

https://jasn.asnjournals.org/content/31/7/1380

https://www.who.int/fr/emergencies/diseases/novel-coronavirus-2019/question-and-answers-hub/q-a-detail/q-a-coronaviruses

https://www.who.int/fr

https://www.who.int/fr/emergencies/diseases/novel-coronavirus-2019/question-and-answers-hub/q-a-detail/q-a-coronaviruses

https://www.who.int/fr/emergencies/diseases/novel-coronavirus-2019/technical-guidance/naming-the-coronavirus-disease-(covid-2019)-and-the-virus-that-causes-it

  Propos vérifié

CTV News

Organisation
La COVID-19 n'est pas seulement une maladie respiratoire, elle touche le corps entier

Verdict:

Exact dans son ensemble (avec réserves)

 12 août 2020


Partager:

Apprenez-en plus au sujet de notre méthodologie de vérification des faits ICI.

AUTRES VÉRIFICATIONS DE FAITS COVID-19

Les communautés autochtones sont plus susceptibles à la COVID-19

Les communautés autochtones sont plus susceptibles à la COVID-19

Le Canada veut-il vraiment rouvrir sa frontière avec les États-Unis ?

Le Canada veut-il vraiment rouvrir sa frontière avec les États-Unis ?

Afficher plus