COVID-19 FactPress Logo
Partager:

Les rayons UV pourraient être utilisés comme désinfectant contre la COVID-19, mais uniquement dans des contextes spécifiques et jamais sur la peau

par Grailing Anthonisen - 10 juillet 2020   786 vues   7 min
Les rayons UV pourraient être utilisés comme désinfectant contre la COVID-19, mais uniquement dans des contextes spécifiques et jamais sur la peau

Propos vérifié

La lumière ultraviolette pourrait tuer le coronavirus (SARS-CoV-2)

Verdict

Exact dans son ensemble (avec réserves)

Le 2 juin 2020, Health Europa a publié un article suggérant que les rayons ultraviolets (UV) pourraient tuer le coronavirus qui cause la COVID-19. Notre verdict est que cela est exact, avec certaines réserves.

Les auteurs expliquent qu’à des niveaux très élevés, les rayons UV ont des utilisations potentielles pour la décontamination des espaces publics et des surfaces. Des chercheurs de Penn State et de l'Université du Minnesota étudient les rayons UV et la possibilité de créer des dispositifs qui émettent un type spécifique de rayons UV pour tuer les particules virales. Bien que ces données soient globalement exactes, il y a d'autres facteurs importants à garder à l'esprit : 1 - il existe différents types de rayons UV et ils ne désinfectent pas tous à la même vitesse ; et 2 - si certains rayons UV peuvent désinfecter des surfaces, ils ne doivent jamais être utilisés pour désinfecter la peau.  

Les différents types de rayons UV 

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) explique qu'il existe trois types de rayons ultraviolets (UV), classés selon leur longueur d'onde : UVA, UVB et UVC. Les UVA peuvent pénétrer profondément dans la peau, provoquent le bronzage, le vieillissement et les rides et contribuent au développement du cancer de la peau. Les UVB ne peuvent pénétrer que les couches superficielles de la peau, provoquent des brûlures solaires et contribuent de manière significative au développement du cancer de la peau. Les UVC peuvent causer le plus de dommages, mais ils sont filtrés par l'atmosphère terrestre. Le rayonnement UV est émis par le soleil naturellement et par des sources artificielles, comme les lits de bronzage ou l'éclairage à la vapeur de mercure.

Toutes les lampes UV n'ont pas le même pouvoir désinfectant sur les surfaces et les produits

Les rayons UV sont utilisés pour désinfecter l'eau, car ils inactivent les agents pathogènes comme les virus et les bactéries. Il existe des études, telles que celles publiées dans les revues Applied and Environmental Microbiology et Journal of Occupational and Environmental Hygiene, qui montrent que les rayons UV désinfectent avec succès les surfaces. L'irradiation germicide aux ultraviolets est une méthode de désinfection qui utilise les UV-C pour tuer ou inactiver les microbes et les virus. Bien que cette méthode puisse être utilisée pour désinfecter les respirateurs médicaux utilisés dans les hôpitaux, les Centers for Disease Control and Prevention américains ont averti que l'efficacité des rayons UV comme désinfectant de surface n'est pas encore connue.

Les National Academies of Sciences, Engineering and Medecine des États-Unis ont indiqué que les rayons UV-C peuvent "probablement" détruire le virus qui provoque la COVID-19 sur les surfaces mais ajoutent plusieurs stipulations spécifiques. Les rayons UVC peuvent détruire d'autres virus et microbes, y compris d'autres coronavirus dont celui qui cause le syndrome respiratoire du Moyen-Orient. Cependant, cela n'est pas encore officiellement prouvé et il reste encore beaucoup de recherches et d'études à mener pour le confirmer ou non de façon officielle. En outre, la lumière UV ne doit pas être utilisée pour désinfecter la peau.

Les rayons UV peuvent fonctionner sur des surfaces inanimées, mais ne doivent pas être utilisés sur la peau

Il y a une différence entre la peau et la surface d’objets inanimés. L'OMS a mis en garde contre l'utilisation de rayons UV pour désinfecter les mains ou la peau car les rayons UV peuvent endommager les yeux et provoquer une irritation de la peau. L'OMS a expliqué que les rayons UV peuvent endommager les yeux, provoquant parfois des cancers oculaires ou des cataractes. Comme l'a expliqué le CDC américain, la surexposition aux rayons UV peut provoquer des lésions cutanées et de graves problèmes de santé, notamment le cancer de la peau. Il est préférable d'utiliser un produit à base d'alcool pour nettoyer ses mains ou de se laver les mains à l'eau et au savon pendant vingt secondes. Pour se laver le corps entier, on prend de l’eau et du savon.

Bien que les hôpitaux et les entreprises utilisent les rayons UV comme désinfectant, les appareils utilisés sont différents de ceux vendus aux consommateurs. Selon l'Association internationale de l'ultraviolet (IUVA), il n'existe pas de normes qui guident la construction des appareils UV, de sorte qu'ils présentent un large éventail de performances et peuvent ou non désinfecter de manière efficace et efficiente. L'IUVA a également mis en garde contre les appareils vendus sur des plateformes comme Amazon, car ils ne sont pas réglementés et ne garantissent pas un fonctionnement efficace. L'IUVA a conseillé de chercher une certification par la NSF, UL ou CSA. Les appareils comme les lits de bronzage émettent des UVA et des UVB, qui ne peuvent pas être utilisés pour désinfecter les surfaces. Ils n'émettent pas d'UVC qui peuvent causer des dommages extrêmes à la peau.

La Food and Drug Administration américaine a averti que si les produits à rayons UV peuvent être utilisés pour désinfecter les surfaces, pour servir en toute sécurité, ils doivent protéger l'utilisateur contre l'exposition à la lumière. Sinon, ils risquent de faire plus de mal que de bien.

Si les rayons UV peuvent être utilisés comme désinfectant, tous les types de rayons UV ne sont pas efficaces. Il ne faut pas compter exclusivement sur eux et ne jamais les utiliser sur la peau. L'éloignement physique, le port d'un masque lorsque ce n'est pas possible, le lavage fréquent des mains et le nettoyage systématique des surfaces fréquemment touchées dans la maison restent la meilleure défense contre la COVID-19

Avant d'agir, faites des recherches sur votre sujet

En ces temps incertains, nous voulons tous trouver des réponses et des moyens de nous protéger et de protéger nos proches. Lorsque nous lisons des articles sur les moyens de défense potentiels contre la COVID-19, il est facile de se laisser prendre au jeu des "peut-être que…" et des raisonnements d’apparence logiques avancés par des personnes bien intentionnées, des journalistes qui n'ont peut-être pas de formation dans le domaine de la santé ou qui n'ont pas fait vérifier leurs affirmations scientifiques par un scientifique ou un professionnel de la santé, ou par des études qui n'ont pas été examinées par des pairs. Avant de s'aventurer encore plus dans l'inconnu en essayant des méthodes de prévention qui n'ont pas été recommandées par un consensus scientifique ou des autorités sanitaires de confiance, il est important de faire des recherches ou de vérifier les propos.

Du point de vue de la communication scientifique, un nombre considérable de recherches et d’études sont en cours depuis l'émergence du nouveau coronavirus. L'Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO) encourage un modèle scientifique ouvert car il stimule la collaboration et le dialogue entre les scientifiques et permet au public de prendre conscience de l'évolution de la situation. L'OMS utilise le terme "infodémie", inventé par le chercheur canadien Gunther Eysenbach en 2002, pour décrire la surabondance d'informations - dont certaines sont vraies et d'autres fausses.

Une grande partie de ces informations et données sont publiées sous forme de "prépublications", c'est-à-dire d'articles de revues scientifiques qui n'ont pas encore été examinés par des pairs, ou disséminés par des sociétés pharmaceutiques ou d'autres organisations. La rigueur de la science qu'ils décrivent est parfois discutable, les limites des études ne sont pas toujours clairement décrites, et les résultats sont peut-être seulement préliminaires. Les implications de ces études sont sujettes à des interprétations erronées et à des malentendus car le public et les médias sont mal équipés pour filtrer, évaluer ou contextualiser les informations scientifiques. Les responsables de la santé publique et les organisations comme Santé Canada, l'OMS et les CDC américains demeurent des sources d'information fiables.

Cliquez ici pour en apprendre davantage sur l'efficacité des rayons UV contre la COVID-19.

Notre objectif est de vous fournir des faits vérifiés aussi exacts et à jour possible. Si vous pensez que nous avons fait une erreur ou que nous avons omis des renseignements importants, veuillez nous contacter.

  Propos vérifié

Health Europa

Organisation
La lumière ultraviolette pourrait tuer le coronavirus (SARS-CoV-2)

Verdict:

Exact dans son ensemble (avec réserves)

 10 juillet 2020


Partager:

Apprenez-en plus au sujet de notre méthodologie de vérification des faits ICI.

AUTRES VÉRIFICATIONS DE FAITS COVID-19

L’arrivée d’un vaccin ne permettra pas un retour immédiat à la vie normale

L’arrivée d’un vaccin ne permettra pas un retour immédiat à la vie normale

Quelles sont les conséquences lorsque les dirigeants politiques enfreignent les mesures sanitaires contre la COVID-19?

Quelles sont les conséquences lorsque les dirigeants politiques enfreignent les mesures sanitaires contre la COVID-19?

Afficher plus