COVID-19 FactPress Logo
Partager:

Non, les fumeurs ne sont pas moins susceptibles d’attraper la COVID-19

par Maxime Dubé - 17 juin 2020   500 vues   4 min
Non, les fumeurs ne sont pas moins susceptibles d’attraper la COVID-19

Propos vérifié

Fumer pourrait diminuer les risques de contracter la COVID-19

Verdict

Inexact (sans fondement dans les faits; marge d'erreur inacceptable)

Un article paru le 28 avril 2020 sur le site DailyMail.com porte à croire que fumer du tabac pourrait diminuer les chances de contracter le COVID-19. Cet énoncé est inexact.

Pas assez de preuves pour affirmer que le tabagisme diminue le risque de la COVID-19

Dans l’article en question, l’auteure prétend que fumer du tabac pourrait diminuer le risque d’être infecté par la COVID-19. Pour émettre ce propos, celle-ci s’est référée à une revue de la littérature scientifique effectuée par des chercheurs du «University College London» qui a déterminé que la proportion de fumeurs parmi les patients atteints de la COVID-19 est moins élevée que prévue.

Toutefois, dans une déclaration émise le 11 mai 2020, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) met en garde les scientifiques et les médias contre l’affirmation que la cigarette pourrait diminuer la probabilité d’attraper la COVID-19 puisque les informations disponibles à ce jour ne peuvent pas permettre d’établir une telle corrélation. La Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis affirme aussi que le tabac peut causer des inflammations et des dommages cellulaires et affaiblir le système immunitaire qui devient ainsi moins apte à combattre les maladies.

D’entrée de jeu, dans le propos que nous vérifions, des problèmes méthodologiques apparaissent puisqu’il y est mentionné que les chercheurs de l’étude ont reconnu que les hôpitaux n’ont probablement pas noté correctement le statut tabagique des patients. Il se pourrait en effet que le personnel hospitalier ait été trop occupé pour bien noter le statut des patients, que ces derniers aient été trop malades pour répondre à ce genre de question et même que certains aient menti sur leur statut.

Pour éviter ce genre de biais méthodologique, il est important selon l’OMS de procéder à une étude approuvée par les pairs auprès d’une population bien définie et contrôlée qui prend en compte les différences entre les âges ainsi que les facteurs de risque qui pourraient avoir un impact sur les résultats.

En ce qui concerne le vapotage, la FDA dit ne pas avoir assez de preuves pour établir clairement une association entre l’usage des cigarettes électroniques et le risque d’infection à la COVID-19, même si on sait que le vapotage expose les poumons à des substances chimiques toxiques.

Les gestes des fumeurs augmentent les risques d’attraper la COVID-19

Selon l’OMS et d’après le gouvernement du Québec, les fumeurs ainsi que les vapoteurs auraient davantage de risque de contracter la maladie en raison des gestes qu’ils font lorsqu’ils fument. En effet, fumeurs et vapoteurs ne respectent pas les gestes barrières tels que le toucher de la bouche avec les mains ou le contact avec des objets potentiellement contaminés par d’autres lorsqu’ils partagent leurs cigarettes ou cigarettes électroniques.

Malgré les données recueillies dans des hôpitaux pendant la pandémie COVID-19, le manque de rigueur dans leur collecte ainsi que l’augmentation des risques causés par les gestes des fumeurs nous mènent à conclure qu’il est inexact de déclarer que le tabagisme diminue les risques d’attraper la COVID-19.

Des chances accrues de développer une forme plus sévère de la maladie

S’il est inexact d’associer tabagisme et diminution du risque d’infection à la COVID-19, un bilan effectué par l’OMS conclut que les fumeurs infectés risquent de développer des formes plus sévères de la maladie et qu’ils sont plus susceptibles d’être mis sous respirateur. Cette conclusion avait aussi été avancée par l’auteure du premier propos que nous avons vérifié.

Cela s’explique par le fait que le tabagisme est un facteur d’aggravation de maladies respiratoires, dont la COVID-19 fait partie. Fumer entraîne l’affaiblissement de la fonction pulmonaire qui mène, à son tour, à une diminution de la réponse du système face à des pathogènes tel que les coronavirus. Par ailleurs, les fumeurs sont plus susceptibles d’avoir des maladies graves qui augmentent les risques de complication de la COVID-19 tels que le cancer, les infections respiratoires, le diabète et les problèmes cardiovasculaires.

Que peuvent faire les fumeurs pour se protéger?

Le First Nations Health Authority (FNHA) suggère que la meilleure manière pour les fumeurs de se protéger contre la COVID-19 est de réduire leur consommation de tabac ou d’arrêter de fumer. Pour ce faire, l’OMS recommande d’utiliser des services gratuits d’aide par téléphone ou par textos et de recourir aux substituts de nicotine comme les patchs et les gommes à mâcher.

Si vous envisagez de continuer votre consommation, le FNHA recommande d’éviter de propager de la fumée secondaire, surtout auprès de personnes âgées atteintes de maladies chroniques ou de personnes ayant un faible système immunitaire. De plus, lorsque vous fumez en groupe, il faut demeurer à au moins deux mètres de distance des autres et ne pas partager votre cigarette ou vapoteuse avec d’autres.


Notre objectif est de vous fournir des faits vérifiés aussi exacts et à jour possible. Si vous pensez que nous avons fait une erreur ou que nous avons omis des renseignements importants, veuillez nous contacter.

  Propos vérifié

Daily Mail

Organisation
Fumer pourrait diminuer les risques de contracter la COVID-19

Verdict:

Inexact (sans fondement dans les faits; marge d'erreur inacceptable)

 17 juin 2020


Partager:

Apprenez-en plus au sujet de notre méthodologie de vérification des faits ICI.

AUTRES VÉRIFICATIONS DE FAITS COVID-19

Quelles sont les conséquences lorsque les dirigeants politiques enfreignent les mesures sanitaires contre la COVID-19?

Quelles sont les conséquences lorsque les dirigeants politiques enfreignent les mesures sanitaires contre la COVID-19?

Les communautés autochtones sont plus susceptibles à la COVID-19

Les communautés autochtones sont plus susceptibles à la COVID-19

Afficher plus